Cargo Sous Terrain (CST): un métro pour marchandises

Grand soleil«Un réseau de tunnels enfoui 50 mètres sous terre, dans lequel circulent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, des véhicules sans conducteur remplis de marchandises: l’infrastructure a tout du décor d’une oeuvre de fiction. Et pourtant, le projet Cargo Sous Terrain (CST) pourrait devenir réalité.» Selon 24 heures du 27 janvier 2016, sous la plume de Gabriel Sassoon (illustration 24 heures).

24h27.1.16

4 voies entre Renens et Lausanne: pourquoi un saut-de-mouton?

Grand soleilLes importants travaux ferroviaires entre Renens et Lausanne ont démarré et visent notamment à compléter les trois voies actuelles par une quatrième; celle-ci empruntera entre Renens et Prilly-Malley un saut-de-mouton, c’est-à-dire un viaduc destiné à éviter un croisement à niveau. Dans un remarquable rapport intitulé «Les limites intrinsèques du nœud ferroviaire Lausanne–Renens» Philippe Dubuis, gymnasien lausannois, justifie le besoin d’une 4e voie et d’un saut-de-mouton. La passion ferroviaire de Philippe Dubuis fait l’objet d’un site Internet très justement nommé… passiontrain.ch (illustration tirée du rapport de Philippe Dubuis).

NoeudLsRe13.11.15

2e tunnel routier au Saint-Gothard: le débat s’anime

Soleil et nuagesLe 28 février 2016 le souverain est appelé à se prononcer sur le percement d’un second tunnel routier à travers le massif du Saint-Gothard. Ce problème, strictement routier à l’origine, a des répercussions directes sur les transports publics: en cas d’échec de la percée autoroutière, automobiles et camions seront chargés sur des trains spécialement équipés et circuleront à travers les tunnels ferroviaires de faîte (Göschenen–Airolo) et de base (Erstfeld–Biasca) pendant la réfection de l’unique tunnel routier.

TRANSPORTS ROMANDS ne prend pas position, mais veut contribuer à la compréhension du débat en suggérant la lecture de quelques articles consacrés à ce thème brûlant: dans Le Temps du 8 janvier 2016, Bernard Wuthrich commente de façon équilibrée la thèse des promoteurs du 2e tunnel et celle des opposants, tandis que dans 24 heures du même jour, Judith Mayencourt analyse le vote sous l’angle de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Dans Le Temps du 9 janvier 2016, les deux représentants vaudois au Conseil des Etats justifient leur opposition (Géraldine Savary) et leur soutien (Olivier Français) au projet du Conseil fédéral (photo Le Temps du 9 janvier 2016).

LT9.1.16

Accident TGV d’Eckwersheim: le rapport d’enquête immédiate a paru

OrageEn date du 19 novembre 2015, la SNCF a publié son «Rapport d’enquête immédiate» sur l’accident du TGV d’essai survenu le 14 novembre 2015. L’enquête ne met en évidence aucune anomalie dans l’état et le fonctionnement de l’infrastructure, n’identifie aucun élément de défaillance de la rame d’essai No 744 de nature à avoir provoqué le déraillement et ne met en évidence aucun élément notable dans la gestion de la circulation.
En revanche, les enquêteurs attribuent de façon certaine le déraillement du train d’essai à une vitesse du convoi de 243 km/h au point de déraillement, nettement supérieure à celle prescrite au programme d’essai (176 km/h). Cette vitesse trop importante résulte d’une séquence de freinage tardif qui aurait dû être exercé sensiblement plus en amont.
A l’issue de cette phase d’enquête, dans un environnement d’organisations complexes, inhérent à la nature même des essais à conduire, la Direction des Audits de Sécurité préconise de poursuivre les investigations, en détaillant les procédures, les processus et leur application, c’est-à-dire dans le domaine des facteurs organisationnels et humains.

AccidentTGV14.11.15