Léman 2030 a trouvé son chef

Grand soleil«L’ingénieur responsable du Gothard, Peter Jedelhauser, prendra les rênes du projet lémanique cet automne. Après avoir tâtonné, les CFF ont apparemment mis la main sur un patron qui est à même de piloter le programme Léman 2030. L’entreprise de la Confédération a tout bonnement fait appel à l’ingénieur responsable de la mise en service du tunnel de base du Gothard. Ainsi, Peter Jedelhauser s’apprête à passer du «chantier du siècle» à celui qualifié de «plus gros projet ferroviaire de ces dix prochaines années en Suisse»». Plus de détails dans 24 heures du 28 juin 2016, sous la plume de Renaud Bournoud (photo Marius Affolter).

24h28.6.16

Bus sans chauffeur: première à Sion

Grand soleil«Un bouton bleu pour donner l’alarme, comme dans un ascenseur. Deux autres, de couleur rouge, pour opérer un arrêt d’urgence. Et une caméra qui doit signaler tout problème survenant dans le véhicule. Bienvenue à bord de Valère, la toute première navette sans chauffeur mise à disposition du public dans un espace urbain. Un test grandeur nature de ce projet novateur a démarré hier à Sion. Porté par CarPostal, l’Etat du Valais, l’EPFL et la HES Valais, il ambitionne d’explorer «la mobilité de demain»». Tous les détails dans 24 heures du 24 juin 2016, sous la plume de Patrick Monay (dessin de Bénédicte).

24h24.6.16

Tunnel de base du Saint-Gothard: la quintessence du chemin de fer

Grand soleilCertains apôtres des nouvelles technologies, informatique et communications, ont ça et là mis en doute l’intérêt de percer le Saint-Gothard. Il faut fermement confirmer à ces théoriciens que ni les voyageurs, ni les marchandises n’ont la possibilité d’être téléportés de A à B par la ligne téléphonique, fût-elle en fibre optique. Notre monde est d’abord un monde de matière, qui nécessite des infrastructures physiques pour assurer la mobilité.

Aux sceptiques de la mobilité, il faut rappeler que celle-ci est à la société ce que le sang est à l’organisme: symbole de vie, il est la source d’énergie indispensable à sa croissance et à sa survie.

Le tunnel de base du Saint-Gothard garantit la mobilité des personnes et du fret dans des  conditions idéales pour l’environnement: le transport par rail, grâce à la magie de la roue effleurant le rail, minimise l’énergie dépensée pour déplacer une masse donnée. La traction électrique, directement alimentée par la houille blanche des barrages alpins, exclut toute production de gaz à effet de serre.

Le tunnel de base du Saint-Gothard optimise tous les paramètres d’une ligne ferroviaire nouvelle: tracé quasi rectiligne, pente insignifiante, vitesse élevée et capacité optimale grâce aux nouveaux systèmes de signalisation embarqués. De nouvelles liaisons rapides nord–sud, telles que Francfort–Milan, ressusciteront le trafic ferroviaire international aujourd’hui moribond. Et, pour les nostalgiques des fabuleux paysages du massif du Gothard, la ligne historique, miraculeusement préservée, sera régulièrement empruntée par d’authentiques convois à vapeur…

L’inauguration du tunnel de base du Saint-Gothard a fait l’objet d’une couverture médiatique sans précédent. Le Temps y a consacré un cahier spécial dans son édition du 27 mai 2016, ainsi qu’un reportage dans son numéro du 2 juin 2016. 24 heures a couvert très largement l’inauguration dans son édition du 2 juin 2016, tandis que la Confédération a inauguré son nouveau site Alptransit-Nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (NLFA). Enfin, le numéro 30 de TRANSPORTS ROMANDS, à paraître à fin juin 2016, sera entièrement consacré à la «cathédrale invisible», le plus long tunnel du monde.

Daniel Mange

 LT27.5.16

(Photo Le Temps/Martin Ruestschi/Keystone)

Nouvelle liaison Francfort–Milan par la Suisse

Grand soleilLes directeurs exécutifs des CFF, des chemins de fer allemands et italiens ont convenu de l’introduction d’une nouvelle liaison directe: dès décembre 2017, des trains pendulaires de type ETR610 relieront Francfort et Milan via la Suisse. Jusqu’en 2020, il est prévu de faire circuler une paire de trains par jour; dans la direction nord-sud, ceux-ci emprunteront l’axe du Gothard et dans la direction opposée, celui du Lötschberg. Des relations directes en provenance de l’Allemagne pour le Tessin et Lucerne, ainsi qu’au départ du Valais pour l’Allemagne, devraient également être créées.

Plus de détails sur le «Sommet de Lugano» dans le communiqué de presse des CFF du 31 mai 2016, avec la planification détaillée des étapes jusqu’à 2021 et la carte synoptique associée.

CarteCP31.5.16